Au(x) cinéma(s) du 6 au 12 juillet

Entretoiles entretoiles Entretoiles
Bonjour à tous !

Soleil oblige : pas grand chose à se mettre sous la dent cette semaine ! Avec, quand même, un morceau de choix, avec le film L'Effet aquatique de Solveig Anspach (souvenez vous de son lumineux  "Lulu femme nue"), une belle histoire d'amour, drôle, poétique et décalée ! Au CGR, c'est Ma Ma film espagnol de Julio Medem.

Notez qu'à Tourtour, jeudi 21 juillet, vendredi 22 et samedi 23, vous pourrez profiter d'un festival de courts métrages très intéressant dont vous trouverez le programme détaillé en bas de ce mail.
Et pour les enfants, et les grands enfants, toujours  Le Monde de Dory, film d'animation à gros succès, mais dont nous parlons quand même, parce que, mine de rien, il aborde les thèmes du handicap, de la solidarité et de la tolérance...

Peut-être que pendant ces vacances, les mails d'Entretoiles vont se faire plus rares, voire inexistants : ce sera pour mieux vous retrouver en septembre avec déjà 2 dates :  le lundi 12 septembre au Bucéphale avec le film "Chaque jour que Dieu fait" de Paolo Virzi, et le dimanche 18 septembre, une soirée Entretoiles au CGR sur le thème "Films suédois" !

Voilà ! et puis nous vous rappelons comme toujours que les adhérents Entretoiles bénéficient  du tarif réduit à 4€90 au CGR  pour les films ciné clubs et à 6 € au Vox de Fréjus pour tous les films sur présentation de leur carte. (Le parking est gratuit après 18h au Vox).

Profitez  bien de cette belle semaine : allez au cinéma !

Et comme toujours, on vous le redit : transférez, adhérez, renouvelez (bulletin ci-dessous), demandez à recevoir cette lettre si vous ne l'avez pas directement (à entretoiles83@laposte.net, et même si vous n'adhérez pas!).

PROGRAMMATION DU 6 AU 12 JUILLET 2016
Affiche
Cliquez sur l'affiche pour la bande-annonce
Ma Ma
Réalisé par Julio Medem
Espagne 2016 1h51mn
avec Penélope Cruz, Alex Brendemühl, Luis Tosar...
Institutrice au chômage et abandonnée par son mari, Magda découvre qu'elle a un cancer du sein. Au même moment, elle apprend qu'elle est enceinte d'une petite fille. Amoureuse d'Arturo, qui a lui-même tout perdu, Magda est avant tout la mère aimante de Dani, 10 ans. Très proche de son fils, elle est aussi hantée par une petite orpheline de Sibérie aperçu en photo dans le bureau de son gynécologue. Régulièrement, elle rêve que cette petite Natasha l’accompagne sur la plage, rejetant à la mer tous les crabes qui l’approche. Elle ne se laisse pas abattre et décide de vivre pleinement chaque instant... lire la suite
CGR (Draguignan) : mercredi 6 à 16h, jeudi 7 à 13h30, vendredi 8 et samedi 9 à 18h, dimanche 10 à 20h15, lundi 11 et mardi 12 à 11h
Le Coeur régulier : Affiche
Cliquez sur l'affiche pour la bande-annonce
L'Effet aquatique
Écrit et réalisé par Solveig ANSPACH
France 2016 1h23mn
avec Florence Loiret Caille, Samir Guesmi, Didda Jonsdottir, Philippe Rebbot, Esteban, Olivia Côte...
Plus jamais, après avoir découvert cette comédie romantique burlesque et désopilante, vous ne direz avec désinvolture « Désolé, j'ai piscine » pour échapper à une invitation non désirée. Vous emploierez encore moins l'expression « zizi de piscine » (qui désigne le rétrécissement en principe inexorable de l'instrument masculin plongé dans l'eau froide et chlorée) car, vous allez le voir, la piscine ça peut être sacrément bandant ! Croyez en l'expérience de Samir, un quadragénaire plus habitué à l'air qu'à l'eau puisque grutier de son état, qui va trouver l'amour à la piscine Maurice Thorez de Montreuil, en la personne d'Agathe, maître nageuse, pourtant revêche et mal embouchée de prime abord... lire la suite
Le Vox (Fréjus) : mercredi 6, jeudi 7, samedi 9 et dimanche 10 à 16h30, 18h45 et 21h - vendredi 8 et mardi 12 à 14h15, 16h30 et 21h - lundi 11 à14h15, 18h45 et 21h
Affiche
Cliquez sur l'affiche pour la bande-annonce
Mr. Holmes
Réalisé par Bill CONDON
GB 2015 1h44mn VOSTF
avec Ian Mckellen, Laura Linney, Milo Parker, Hiroyuki Sanada, Hattie Morahan, Patrick Kennedy, Roger Allam...
Scénario de Jeffrey Hatcher, d’après le roman Les Abeilles de Mr Holmes de Mitch Cullin
Le Mr Holmes de Bill Condon, imaginé par le romancier Micth Cullin, se situe plus tard, alors que le détective s'est retiré pour élever ses abeilles dans les bocages verdoyants du Sud de l'Angleterre. Quand je dis plus tard, c'est beaucoup plus tard puisque nous sommes en 1947, si bien que Holmes a… 93 ans ! On ne peut pas prétendre qu'il a la même vivacité que du temps où il traquait Moriarty et résolvait des mystères a priori insolubles. Certes son œil encore acéré sait, à partir de quelques indices, deviner les derniers déplacements de sa gouvernante, mais il clopine de sa chambre jusqu'à ses ruches d'un pas de sénateur et surtout, plus terrible, il se rend compte, tests de son médecin à l'appui, que sa mémoire – qui fit sa force – décline jour après jour... lire la suite
Lorgues :  dimanche 10 à 19h et lundi 11 à 21h
Affiche
Cliquez sur l'affiche pour la bande-annonce
Money Monster
Réalisé par Jodie FOSTER
USA 2016 1h39mn VOSTF
avec George Clooney, Julia Roberts, Jack O'Connell, Caitriona Balfe, Dominic West...
Imaginez un de ces plateaux télé insupportables, tape à l'œil, plein de bruit et de fureur. C'est l'heure du direct. Une équipe de techniciens sur la brèche, pendue aux lèvres d'un présentateur faussement déjanté : Lee Gates (George Clooney au meilleur de sa forme). Tout semble tourner autour du nombril de cet imposant monstre du petit écran, tellement imbu de lui-même ! Les coulisses de « Money Monster » sont loin d'être un havre de paix et de bienveillance. Qu'attendre d'autre d'une émission qui fait l'apologie de l'argent facile, met en scène un capitalisme décomplexé, débridé, arrogant ? Clap de début. Les jingles pleuvent en tous sens. Les rampes de lumière mitraillent la scène. Lee Gates comme à son habitude fait son show, sautille, se trémousse comme le vulgaire pantin d'une farce abjecte. Dans une ambiance décérébrante, hystérique, il assène d'infaillibles conseils au vulgum pecus pour l'inciter à jouer en bourse. Il faut le voir pérorer, insupportable m'as-tu-vu, dont on ne sait plus s'il nous donne envie de rire ou de gerber ! Lui et ses certitudes à la sauce Wall Street ! Sorte de gourou pour téléspectateurs idolâtres, il file froid dans le dos... lire la suite
Salernes : mercredi 6, vendredi 8 et dimanche 10 à 21h, mardi 12 à 18h
Affiche
Cliquez sur l'affiche pour la bande-annonce
Le Monde de Dory
Réalisé par Andrew Stanton et Angus MacLane
Film d'animation USA 2016 1h35mn VF
Souvenez-vous c'était il y a… treize ans. Oui déjà, et nous découvrions comme des millions de mômes et de parents à travers le monde l'histoire d'un petit poisson clown qui avait malencontreusement été enlevé à son habitat naturel pour se retrouver dans un bocal chez un dentiste australien. Vous y êtes, c'était Le monde de Nemo. Sans doute le plus gros succès des studios Disney/Pixar. À l'époque c'était Marin, le papa poule du petit poisson qui partait à la recherche de son rejeton. Chemin faisant il croisait la route (maritime) d'une poisson bavarde et frappée de crises d'amnésie passagères qui occasionnaient gags et quiproquos. Depuis les années ont passé mais les amis sont restés... lire la suite
CGR (Draguignan) : mercredi 6, vendredi 8 et samedi 9 à 11h15, 14h, 16h, 18h, 20h15 - jeudi 7 à 11h15, 14h, 16h, 18h, 20h - dimanche 10 et mardi 12 : 11h15, 16h, 18h, 20h15 - lundi 11 à 11h15, 14h, 16h, 18h
Salernes : samedi 9 à 21h et lundi 11 à 18h
Le Luc : mercredi 6 à 10h15 et 14h, samedi 9 à 10h15 et 16h, dimanche 10 à 16h30 et mardi 12 à 10h15

Et si vous voulez en savoir un peu plus...

Ma Ma
Réalisé par Julio Medem
Espagne 2016 1h51mn
avec Penélope Cruz, Alex Brendemühl, Luis Tosar...

Institutrice au chômage et abandonnée par son mari, Magda découvre qu'elle a un cancer du sein. Au même moment, elle apprend qu'elle est enceinte d'une petite fille. Amoureuse d'Arturo, qui a lui-même tout perdu, Magda est avant tout la mère aimante de Dani, 10 ans. Très proche de son fils, elle est aussi hantée par une petite orpheline de Sibérie aperçu en photo dans le bureau de son gynécologue. Régulièrement, elle rêve que cette petite Natasha l’accompagne sur la plage, rejetant à la mer tous les crabes qui l’approche. Elle ne se laisse pas abattre et décide de vivre pleinement chaque instant...
Dans le rôle d'une femme atteinte d'un cancer du sein, Penélope Cruz en fait beaucoup pour livrer son message d'espoir et de solidarité : elle est belle, rayonnante, formidable ! De son côté, le ­réalisateur creuse l'idée d'un ordre secret des choses, d'une énergie mystérieuse qui nous rattache à la vie. Bref, ni l'un ni l'autre ne sont vraiment dans le réalisme. Sur un sujet aussi chargé de douloureuse réalité, c'est problématique. Mais avec quelques idées parfois saugrenues (un cancérologue chanteur de charme...), le film évite le mélo banal et réussit à être attachant. — Frédéric Strauss (Télérama)

CGR (Draguignan) : mercredi 6 à 16h, jeudi 7 à 13h30, vendredi 8 et samedi 9 à 18h, dimanche 10 à 20h15, lundi 11 et mardi 12 à 11h


L'Effet aquatique
Écrit et réalisé par Solveig ANSPACH
France 2016 1h23mn
avec Florence Loiret Caille, Samir Guesmi, Didda Jonsdottir, Philippe Rebbot, Esteban, Olivia Côte...

Plus jamais, après avoir découvert cette comédie romantique burlesque et désopilante, vous ne direz avec désinvolture « Désolé, j'ai piscine » pour échapper à une invitation non désirée. Vous emploierez encore moins l'expression « zizi de piscine » (qui désigne le rétrécissement en principe inexorable de l'instrument masculin plongé dans l'eau froide et chlorée) car, vous allez le voir, la piscine ça peut être sacrément bandant !
Croyez en l'expérience de Samir, un quadragénaire plus habitué à l'air qu'à l'eau puisque grutier de son état, qui va trouver l'amour à la piscine Maurice Thorez de Montreuil, en la personne d'Agathe, maître nageuse, pourtant revêche et mal embouchée de prime abord. Passons sur le fait qu'il est peut-être incongru que Maurice Thorez, leader communiste historique, ait donné son nom à un établissement nautique, mais bon en même temps, on peut se dire qu'il n'y a pas mieux pour abolir la différence de classe que la piscine : une fois tout le monde moulé dans son petit slip de bain, plus de patrons ni d'ouvriers, tout le monde à égalité dans le grand ou le petit bain.

Mais revenons à Samir et Agathe. Samir sait parfaitement nager, mais comme il ne sait comment aborder Agathe, il va s'inscrire aux cours de natation, en prenant soin de trafiquer les plannings pour être sûr de se retrouver avec elle et non avec sa collègue délurée, qui lui fout un peu les jetons. Et si faire semblant d'être un barboteur débutant ne suffit pas, il est prêt à suivre sa naïade jusqu'en Islande, où elle est envoyée pour un congrès de maîtres-nageurs, ce qui va lui permettre de retrouver sa copine Didda, élue municipale un jour sur deux, ce qui lui laisse l'autre pour laisser libre cour à son inspiration de poétesse punk. Une fois sur place, notre Samir va être amené à se faire passer pour le représentant israélien, en charge d'un projet d'une « piscine de la paix » ! Et tout finira probablement dans un lagon de carte postale chauffé par l'énergie volcanique. Tout cela est de la plus haute et de la plus réjouissante fantaisie !
L'Effet aquatique est le troisième volet de la trilogie franco-islandaise de notre chère Solveig Anspach (dont nous avons programmé tous les films, le dernier en date : Lulu femme nue) disparue prématurément avant la fin du montage. Back soon se déroulait intégralement au pays des trolls et de Björk, Queen of Montreuil était situé tout entier en Seine Saint-Denis. Et on découvrait dans ces deux premiers volets les personnages de Didda, d'Agathe, de Samir. Avec L'Effet aquatique la boucle est bouclée, qui emmène tout son petit monde de Montreuil jusqu'en Islande. Mais sachez bien qu'il n'est pas du tout indispensable d'avoir vu les deux premiers films pour prendre un plaisir fou à celui-ci !

Solveig Anspach et son complice Jean-Luc Gaget usent à merveille du comique de l'absurde, avec des personnages secondaires savoureux (Philippe Rebbot, hilarant en directeur de piscine et dragueur foireux), et d'une poésie qu'on imagine très scandinave : douce, décalée, romantique. Une belle histoire d'amour funambule, qui nous transporte d'un monde aquatique domestique à un monde aquatique sauvage et grandiose, en jouant subtilement du côté érotique des lieux et des situations (Solveig Anspach dit avoir été très marquée par le troublant Deep end réalisé par Jerzy Skolimowski en 1970, éducation sensuelle d'un adolescent dans une piscine londonienne), en exaltant surtout la liberté et la générosité de personnages formidablement attachants. Un testament joyeux et frais que nous laisse la réalisatrice… et on espère que de là où elle est, elle nous verra rire et applaudir.


Le Vox (Fréjus) : mercredi 6, jeudi 7, samedi 9 et dimanche 10 à 16h30, 18h45 et 21h - vendredi 8 et mardi 12 à 14h15, 16h30 et 21h - lundi 11 à14h15, 18h45 et 21h


Mr. Holmes
Réalisé par Bill CONDON
GB 2015 1h44mn VOSTF
avec Ian Mckellen, Laura Linney, Milo Parker, Hiroyuki Sanada, Hattie Morahan, Patrick Kennedy, Roger Allam...
Scénario de Jeffrey Hatcher, d’après le roman Les Abeilles de Mr Holmes de Mitch Cullin

En dehors de Dieu, il est probablement le seul personnage de fiction dont certains croient qu'il existe réellement. Encore aujourd'hui, dans l'immeuble cossu du 221b Baker Street, quelques touristes candides croient visiter l'appartement où un détective mondialement connu aurait vécu et reçu les clients qui lui confièrent ses célèbres enquêtes. Sherlock Holmes n'est pourtant et évidemment que la créature fantasmatique imaginée par un médecin militaire devenu écrivain, Sir Arthur Conan Doyle. Les aventures de Sherlock Holmes, supposément narrées par le Docteur John Watson, alter ego autant que faire-valoir consentant de son génial ami, sont censées s'être arrêtées au lendemain de la première Guerre Mondiale, son auteur désirant définitivement stopper la saga. Il avait bien tenté une première fois de faire mourir le détective dans les célèbres chutes de Reichenbach, en 1893, mais les lecteurs en furie avaient exigé sa résurrection, manifestant devant les locaux du Strand qui publiait les enquêtes de Holmes en feuilleton.

Le Mr Holmes de Bill Condon, imaginé par le romancier Micth Cullin, se situe plus tard, alors que le détective s'est retiré pour élever ses abeilles dans les bocages verdoyants du Sud de l'Angleterre. Quand je dis plus tard, c'est beaucoup plus tard puisque nous sommes en 1947, si bien que Holmes a… 93 ans ! On ne peut pas prétendre qu'il a la même vivacité que du temps où il traquait Moriarty et résolvait des mystères a priori insolubles. Certes son œil encore acéré sait, à partir de quelques indices, deviner les derniers déplacements de sa gouvernante, mais il clopine de sa chambre jusqu'à ses ruches d'un pas de sénateur et surtout, plus terrible, il se rend compte, tests de son médecin à l'appui, que sa mémoire – qui fit sa force – décline jour après jour…

C'est justement autour de la mémoire qu'il va se lancer un ultime défi avant le saut dans l'inconnu. A partir de bribes de souvenirs, de quelques éléments conservés, il va tenter de résoudre une affaire qui l'a tenu en échec près de vingt ans auparavant et qui le hante depuis. Parallèlement des flash-back nous projettent dans son précédent voyage – qui sera le dernier : celui qu'il fit au lendemain de la guerre jusqu'à Hiroshima, à la rencontre d'un ami japonais. Question pour le cartésien que fut toujours Holmes : comment l'intelligence scientifique a-t-elle pu produire le mal absolu ?
Mr Holmes est beaucoup de choses plaisantes et touchantes à la fois… C'est un récit à tiroirs où la mémoire se construit comme une enquête du détective, par bribes qui s'assemblent peu à peu, le tout sur un ton pince sans rire so british avec entre autres l'évacuation des clichés liés au personnage – Sherlock Holmes n’a jamais porté de casquette de chasseur et n’a fumé la pipe que dans l’imagination de Watson. C'est aussi une belle réflexion sur la transmission, sur la capacité à se laisser envahir par les sentiments au soir de sa vie, alors qu'on s'est toujours cadenassé jusque-là… Holmes, se sachant dans ses derniers jours, va s'investir dans sa relation avec le tout jeune fils de sa gouvernante, en qui il voit un jeune prodige capable peut-être d'appliquer toutes les connaissances et raisonnements qui ont construit sa propre vie…
Peaufiné avec un soin maniaque, le film doit évidemment beaucoup au charismatique Ian McKellen, impressionnant de présence et de nuances en Sherlock Holmes finissant. (Utopia)


Lorgues :  dimanche 10 à 19h et lundi 11 à 21h


Money Monster
Réalisé par Jodie FOSTER
USA 2016 1h39mn VOSTF
avec George Clooney, Julia Roberts, Jack O'Connell, Caitriona Balfe, Dominic West...

Imaginez un de ces plateaux télé insupportables, tape à l'œil, plein de bruit et de fureur. C'est l'heure du direct. Une équipe de techniciens sur la brèche, pendue aux lèvres d'un présentateur faussement déjanté : Lee Gates (George Clooney au meilleur de sa forme). Tout semble tourner autour du nombril de cet imposant monstre du petit écran, tellement imbu de lui-même ! Les coulisses de « Money Monster » sont loin d'être un havre de paix et de bienveillance. Qu'attendre d'autre d'une émission qui fait l'apologie de l'argent facile, met en scène un capitalisme décomplexé, débridé, arrogant ? Clap de début. Les jingles pleuvent en tous sens. Les rampes de lumière mitraillent la scène. Lee Gates comme à son habitude fait son show, sautille, se trémousse comme le vulgaire pantin d'une farce abjecte. Dans une ambiance décérébrante, hystérique, il assène d'infaillibles conseils au vulgum pecus pour l'inciter à jouer en bourse. Il faut le voir pérorer, insupportable m'as-tu-vu, dont on ne sait plus s'il nous donne envie de rire ou de gerber ! Lui et ses certitudes à la sauce Wall Street ! Sorte de gourou pour téléspectateurs idolâtres, il file froid dans le dos…

Tout baigne au pays des traders et notre inénarrable chroniqueur testostéroné commente grossièrement des courbes, fait des prédictions sur le cours des actions, se prépare à lancer une de ces interviews provocatrices dont il a le secret. On n'est plus à une contradiction près ! Après avoir pourfendu les mauvais perdants, le voilà prêt à endosser le costume d'un super justicier anti-capitaliste. Que voulez-vous… La fatuité n'a pas plus de limite que l'argent n'a d'odeur et « Money Monster » semble avoir de beaux jours devant elle…
Seule Patti Fenn (Julia Roberts), la productrice, montre des signes de fatigue, lassée par le stress et les pantomimes un peu vaines, mais aussi par Lee qui n'est pas plus respectueux de ses congénères que de son public. Même les dessous de son intimité ne sont pas bien propres tant il est prêt à tout pour ne pas rester seul une seconde, ne supportant plus de vivre sans cette effervescence constante.
Mais voilà qu'hors du champ de vue de ce petit monde, arrive par la porte de service, celles des anonymes, des sans grades, de quoi perturber la routine télévisuelle. Cela a l'apparence d'un jeune livreur de pizza à la bouille sympathique. Même les agents de sécurité ne font pas la différence et ne prennent pas la peine de le fouiller. Et c'est ainsi que Kyle, tendu, inquiet, arrive dans les coulisses du show… Autant dire que dans ses boîtes il y a bien autre chose que des calzones ou des margheritas : de quoi remonter les bretelles des bouffons sans foi ni loi qui lui ont fait perdre toutes ses économies…

On pourrait vous en dire plus, mais on préfère vous laisser la surprise… Money Monster est non seulement un divertissement sarcastique, mais aussi un thriller haletant, impertinent, jubilatoire où le petit peuple prend sa revanche. Un pamphlet anti-capitaliste complètement barré, servi par une très belle distribution d'acteurs… Jack O'Connell est une véritable révélation ! (Utopia)

Salernes : mercredi 6, vendredi 8 et dimanche 10 à 21h, mardi 12 à 18h


Le Monde de Dory
Réalisé par Andrew Stanton et Angus MacLane
Film d'animation USA 2016 1h35mn VF

Souvenez-vous c'était il y a… treize ans. Oui déjà, et nous découvrions comme des millions de mômes et de parents à travers le monde l'histoire d'un petit poisson clown qui avait malencontreusement été enlevé à son habitat naturel pour se retrouver dans un bocal chez un dentiste australien. Vous y êtes, c'était Le monde de Nemo. Sans doute le plus gros succès des studios Disney/Pixar. À l'époque c'était Marin, le papa poule du petit poisson qui partait à la recherche de son rejeton. Chemin faisant il croisait la route (maritime) d'une poisson bavarde et frappée de crises d'amnésie passagères qui occasionnaient gags et quiproquos. Depuis les années ont passé mais les amis sont restés…

Au fond du bleu océan, Marin et Nemo vivent en parfaite harmonie avec Dory, qu'ils ont adoptée dans leur famille. Mais un événement traumatisant vient perturber leur quiétude, et Dory se retrouve propulsée dans sa famille de naissance. Elle s'embarque alors dans une aventure pour retrouver les membres de sa famille de cœur… Une chouette occasion de replonger dans l’univers du plus célèbre poisson pixar et d’en apprendre un peu plus sur la jolie et amnésique Dory. Pourra-t-elle enfin retrouver ses souvenirs ? Qui sont ses parents ? Et où a-t-elle bien pu apprendre à parler la langue des baleines ? (Utopia)

CGR (Draguignan) : mercredi 6, vendredi 8 et samedi 9 à 11h15, 14h, 16h, 18h, 20h15 - jeudi 7 à 11h15, 14h, 16h, 18h, 20h - dimanche 10 et mardi 12 : 11h15, 16h, 18h, 20h15 - lundi 11 à 11h15, 14h, 16h, 18h
Salernes : samedi 9 à 21h et lundi 11 à 18h
Le Luc : mercredi 6 à 10h15 et 14h, samedi 9 à 10h15 et 16h, dimanche 10 à 16h30 et mardi 12 à 10h15

FESTIVAL DE COURTS MÉTRAGES DE TOURTOUR
Théâtre de Verdure, Tourtour  Buvette dinatoire tous les soirs à partir de 19h ————— Compétition :
 Jeudi 21 juillet 2016, 21h. Entrée 3 €
Sans chien, 21mn 30, de David Kremer, France, 2016                   Un flic qui s’ennuyait finit par embarquer un gosse qui ne l’est déjà plus, pour le dernier voyage de son chien.
La tête de l’emploi, 7 mn 20, Wilfried Meance, France , 2014   Jean attend fébrilement de passer son entretien à Pôle emploi. Rémi, son conseiller, veut finir sa journée de travail au plus vite.
 La baignoire, 12 mn 55, de Tim Ellrich, Allemagne,  2016   Trois frères veulent offrir un cadeau original à leur mère, dont c'est l'anniversaire. L'idée est de se photographier dans la baignoire
Peripheria, 12 mn, animation de David Coquard-Dassault, France, 2015 Portrait d’un environnement urbain devenu sauvage : une Pompéi moderne où le vent souffle et les chiens rôdent ..
 Pleased to meet you, 18mn 20  de Fairouz M’Silti , France 2016    Bob et Camille, en tandem mal assorti dans les rues de Paris. Une comédie New-Yorkaise avec plus de baguette et moins de taxis
Vacances, 20mn 15 , de Pascal Bonnelle, France, 2016    Jean habite un immeuble d'un quartier populaire. Un jour, Jean acquiert une tente en piteux état. Première séance, 10mn, de Jonathan
 Borgel, France, 2016    Ivan a rendez-vous chez un psychanalyste pour sa première séance
www.festivalcourtscourts.fr
Vendredi 22 juillet 2016, 21h. Entrée 3 €
Bonk ! 15mn 30 , de  Kevin Manson, France, 2016 à 3h du matin Francky tire son ami Joe du lit pour un tour en voiture. Un bruit se fait entendre dans le coffre : c’est l'amant de sa femme…
Tunisie 2045,  3mn 30 , de Ted Hardy-Carnac, France, 2016.  Un père et sa fille attendent, inquiets et fatigués. Un simple geste peut décider de leur avenir…
 Rocambolesque, 19 mn 04 , Loïc Nicoloff , France, 2016  Au milieu du XIXe siècle, face à un éditeur qui refuse obstinément de l’augmenter, que peut faire le jeune auteur Ponson du Terrail…?
Sous tes doigts, 13 mn , animation de Marie-Christine Courtès,  France , 2014 Après le décès de sa grand-mère, une jeune Eurasienne revit l'histoire des femmes de sa famille depuis l'Indochine coloniale..
 La nuit tous les chats sont roses, 19 mn 45,  de Guillaume Renusson, France, 2015  Alice a dix-sept ans, pour passer un entretien, sa mère la pousse à troquer ses vêtements trop larges contre un ensemble jupe tailleur .. French touch , 22mn 03 , de  Xiaoxing Cheng , France/Chine, 2015    Le rêve chinois de Florent, jeune diplômé français, tourne au cauchemar. Il est prêt à tout pour sa survie au Far East. Où t’étais ?,
13 mn 30 , de Vincent Morvan , France, 2015   Carl veut renouer avec Pierre, un ami proche qu’il a perdu de vue. Il s’invite chez lui en compagnie d’une voisine sans gêne …
- N’oubliez pas vos pulls et venez voter pour le Prix du Public dans ce lieu magique sous les étoiles
Samedi 23 juillet 2016, Tourtour 10h, Bibliothèque municipale, Prix des pichoun. Entrée libre :
 Cinq cours-métrages pour les plus petits 17h, salle Escarelle, «Masterclass ». Entrée libre  Deux films, commentaire et débat avec les réalisateurs:
 Voyage voyage, 20 mn, de  Yoonyoung Choi , France, 2016  «Voyage, voyage / Plus loin que la nuit et le jour/ Voyage voyage/ Dans l’espace inouï de l’amour» Jours intranquilles, 29 mn, de Latifa Saïd, France, 2016. L'Algérie est en pleine guerre civile. Fadela a fui Oran après avoir été menacée de mort par des intégristes religieux..
19h , Théâtre de Verdure , ouverture de la buvette dinatoire 21h, Théâtre de Verdure, films hors competition et Palmarès. Entrée : 3 euros
 Sexy Dreams, 28mn, Christophe Le Masne, France (primé à Clermont-Ferrand et Bruxelles en 2014).     Ils sont amoureux d'elle, mais ne savent pas pas si c'est du désir ou du sentiment.
 Corpus, 3 mn30, Marc Héricher, France, experimental (primé à Courtmétrange, 2015).      Une réaction en chaîne complexe actionne des organes humains qui prennent vie.    Musique pour un appartement et 6 percussionnistes,10 mn
, O. Simonsson et J. S. Nilsson, Suède, 2001. (Plus de 30 prix internationaux).     Six batteurs profitent du départ d'un couple de personnes âgées pour une attaque musicale de leur appartement ..
 Le repas dominical,14 mn, de Céline Devaux, France (César 2016, primé à Clermont-Ferrand en 2016).    C’est dimanche. Au cours du repas, Jean observe les membres de sa famille.
 Annonce des Malons d’or et d’argent du public, du jury, et Prix des Pichoun, puis projection des films gagnants.

Pour adhérer ou renouveler son adhésion, il faut remplir le coupon ci-dessous après l'avoir imprimé, en l'envoyant à :
Edith Cantu
358 chemin du peyrard
83300 Draguignan

accompagné d'un chèque de 15 € pour l'adhésion ordinaire, 20 € pour une adhésion de soutien et montant libre pour une adhésion de membre bienfaiteur, à l'ordre de l'association Entre Toiles et d'une enveloppe timbrée à votre adresse.

Vous recevrez une carte d'adhérent qui vous donnera droit au tarif de 4 € 90 d'entrée au cinéma, sauf pour les films qui seront en sortie nationale qui resteront au tarif ordinaire.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Madame, Mademoiselle, Monsieur.....................................................................................

demeurant....................................................................................................................................................................................

désire adhérer ou renouveler son adhésion (barrer la mention inutile) à l'association du ciné-club Entre Toiles

Date et signature :


 
×